Loin des projecteurs, loin des étoiles, je virevolte en noir et blanc.

Et pourtant, loin des lumières, dissimulée dans l’ombre, tant d’étoiles éclairent mon ciel, me soufflent de poursuivre, malgré les vents et les marées de la vie..

Une étoile, une étoile de plus, a fait brillé ma nuit… Une journaliste .. Agnes Mercier... Une rencontre, puis deux, au détour de mails ou d’appels. Un honneur de lire sa plume sur mon petit chemin de vie.

Préférant jouer avec l’ombre, je regarde mes nuits. Des étoiles qui te murmurent de ne pas laisser tomber, sans savoir où les ombres me mèneront.

Mes amis, mes aiguilleurs de mon ciel étoilé, malgré les tempêtes extrêmes de cette année non reluisante, je vous partage l’article de presse d’Agnes Mercier, une étoile au coeur sensible, à la plume délicate qui a fait scintillé ma nuit.

La Voix du Nord – Agnes Mercier – Août 2021

Merci, Merci …

Merci, un petit mot qui porte tant de sens… Une année à courir après le temps, une année à s’oublier pour faire front contre les bourrasques de vent. Des jours en semaines, à mettre de coté, ses envies d’obscurité prises au détour de nos rues ensoleillées.

Doucement, se reprendre à rêver, lentement, pas après pas, sourires après sourires, reprendre le temps…

Non, je ne vous ai pas oubliés, bien loin de moi cette pensée…

Le bateau prenait l’eau, il a fallut batailler contre la marée.. Et lentement, un mot, un rire, une étoile, une seconde, revienne éclairer mon gouvernail laissant la pluie derrière elle, comme par magie.

Un mot, un échange de livres offerts, un petit mot, de Monsieur le Maire de ma petite commune Sains en Gohelle, qui pose à son tour une étoile dans ma nuit. Un aiguilleur du ciel.

Merci mes Aiguilleurs, comme vous l’avez certainement compris, parfois il faut du temps, beaucoup de temps pour combattre les tempêtes de la vie.

Les tempêtes et ses vagues violentes n’ont pas échoué mon bateau. Le gouvernail est réparé, prêt à reprendre les ombres et lumières qui font nos vies et non envies.

Un geste, un mot, un partage, un sourire, et je reprends la mer en suivant, comme seul repère, les étoiles scintillantes de mon ciel étoilé.

Merci.

Séverine