Je ne pensais pas, un jour écrire ce type d article … 

Je ne pensais pas , que la France refusait de regarder la mort en face   … jusqu’au jour où …

Papa en fin de vie…

Un cancer généralisé, il n y plus d espoir … le souhait de papa , mourir chez lui entouré de ses proches , de notre famille unie  … 

Nous voilà à nous organiser avec maman … lit médicalisé, soins palliatifs à domicile , infirmier, médicaments et j en passe … 

Les jours avancent … papa ressemble à ces hommes des camps de concentration tant il est amaigri .. 

La douleur est présente , la morphine est mise en place …  avec elle , ses hallucinations… 

Je suis chaque jour  , chaque nuit à ses côtés avec maman … nous somnolons dans le canapé … 

Papa hallucine de plus en plus . Est effrayé , il voit le plafond de la maison s effondrer sur lui, la télévision qui tombe, la table qui vole … Des gens , que nous ne voyons pas … Il est terrifié , il supplie pour partir … Souhaite que la mort l emporte … 

1 nuits , 2 nuits , 3 nuits , les médecins mettent un nouveau médicament pour le calmer … nous pensons pouvoir enfin le voir s endormir … Erreur … Les nuits deviennent cauchemars… Hallucinations sur hallucinations, il ne dors plus , je ne sais pas même si il nous reconnais … Cris de peur de ces images que lui seul ne voit … Il ne parvient plus à marcher et pourtant il veut fuir… Tente souvent de sortir du lit médicalisé .. Cherchant les mots, tentant de le calmer .. Caresses sur la main … Entre frayeurs et cris … 8 nuit , 9 nuits .. 

Il parvient à nous dire son besoin d uriner … je porte mon père à bout de bras pour le poser sur la chaise percée , ma mère lui retire le pantalon de pyjama … Je le porte à nouveau tel un enfant pour le remettre au lit … 

Ses yeux écarquillés toute la nuit … Il bouge tant  , nous n’osons plus dormir … Nous ne le reconnaissons plus … peurs , cris , hallucinations …. chaque nuit … 

Une nuit n en pouvant plus .. ses cris , son regard de peur … J’appelle les services de garde , n importe quels services , ou tout les services, je ne sais plus … »Il faut venir à la maison, papa est en souffrance psychique.. Les hallucinations…Nous sommes épuisées …Le médicament est à la maison, il ne faut qu’une piqûre pour le calmer… Qu ‘il dorme un peu « 

Personne ne se déplacera   … je regarde les boites de médicaments … impuissante … ils nous ont laissé face à notre détresse , ils ont laissé mon père face à ses hallucinations , face à la peur … toute la nuit …. 

Le système est mal fait … 

Ce n est qu à 6h30 que notre infirmier viendra … il ne savait pas, ne fait pas de garde … Je vois dans son regard sa peine , il entend ma détresse … Il laissera maintenant son téléphone allumé peu importe s’il ne fait pas de garde.. merci à vous Monsieur l’Infirmier… Soulagée … la piqûre est injectée .. papa se calme un peu … nous sommes en larmes … épuisées …

Le médecin passe  … Nos corps meurtris de courbatures par ces nuits agitées .. Le médecin ne comprend pas , avec le médicament il aurait du dormir … Il ajoute un autre médicament …

Une agonie longue interminable va débuter sous nos yeux sans même le savoir … 10 nuits , 11 nuits , 12 nuits , 13 nuits … maman s effondre chaque jour un peu plus … 

Il ne bouge plus … il dors … les jours passent … Les nuits … Je fais les soins de bouche, de ses yeux, du mieux que je peux …

Des râles sont présents depuis des jours , des soubresauts de mort  apparaissent bruyants impressionnants et pourtant.. Il ne pars pas … .. Les infirmiers ne comprennent pas qu’il soit encore là …. il respire … apnée … respire … apnée … Inlassablement… Entrecoupé de râles  de la mort … son corps est inerte depuis plusieurs jours maintenant… il ne bouge plus  … ne réagit pas … même les piqûres ne le font pas réagir … ses yeux semi ouverts sont inertes .. fixés au plafond .. Ses yeux que je lui ferme parfois … 

Mon père est un cadavre devant nos yeux , dans notre maison … une odeur  apparaît une nuit  … une odeur que je n oublierai jamais … qui vous prend au narine et vous donne envie de vomir … je me lève et vais à la fenêtre … je craque je pleure … papa pars je t en prie … nous pleurons maman et moi , supplions d abréger ces souffrances depuis des jours … il n’a plus de conscience, n’est qu un corps qui respire parfois … 

La loi ne l autorise pas … voilà ce que nous entendons … Papa est enfermé dans ce corps qui se dégrade face à nos yeux … L’odeur monte de plus en plus … je parviens de moins en moins à le regarder … Ce n est pas mon père , c’est un cadavre … Je veille un cadavre … Pas le droit.. La loi  … Ma mère s épuise, est aussi blanche qu’un linge .. Je m inquiète … En larme épuisée, maman demande une entrée en centre de soins palliatifs , elle ne peut plus voir son mari bien aimé dans cet état si dégradé … Le médecin tentera d appeler … Pas de place … Il faut attendre…. Week-end et jour férié … Pas de chance … En France il ne faut pas crever durant un week-end ou un jour férié … 

2 jours de plus .. 2 nuits de plus … Rien ne se passe … Nous pleurons , attendons la mort comme une délivrance … Comment accepter que mon père devienne ce cadavre ? Comment fermer les yeux sur cette infamie , sur cette fin de vie atroce tant pour mon papa que pour nous sa famille … pourquoi la loi ne change pas … je suis en colère … une colère sourde emplie de larmes … 

L odeur est de plus en plus présente…, nous devons ouvrir la fenêtre … Papa qui ne meure pas … entre larmes , et désespoir, que devenons nous faire pour le libérer ? 

Je suis en colère et en rage contre ce sytème ! Je crie ma rage .. ma haine … papa ne mérite pas ça ! Arrêtez … je vous en supplie … 

Les infirmiers tellement dévoués sont désolés, nous parlons beaucoup … Nous comprennent… mais ils ne peuvent rien faire … Le médecin nous le dis « il ne peut rien faire » … il se bat depuis tant d années pour changer la loi .. Des gens au cœur de pierres, par leurs combats infâmes de ne pas aider à mourir , nous ont emporté dans cette horreur… Les protocolaires , tout ces gens qui n acceptent pas la mort, prêts à attaquer médecins et infirmiers au moindre faux pas , ont basculé la vie vers le pire des cauchemars …. Un homme est allongé dans un lit , depuis des semaines maintenant, ma maman s épuise … Papa …Ton corps ne bouge plus …

Les heures passent, nous ne pouvons plus fermer la fenêtre tant l odeur devient forte … parfois je dois mettre un masque pour pouvoir la soutenir et te faire les soins de bouches … des yeux … et rien … cela fait bien longtemps qu’il n y a plus de vie maintenant… juste cette respiration qui ne fait plus rien battre en toi … tu n’urines même plus , ni couche ni sonde ne sont nécessaires … tes reins sont certainement morts à présent …  

Les jours deviennent des calvaires de souffrances , des montagnes de douleurs qui nous volent nos si beaux souvenirs de famille … ton visage de la mort qui tourne autour de toi, mais qui ne te prend pas … 

Je ne vois mon mari que quelques instants , il courres souvent .. pharmacie, médicaments.. Je l aime tant … il garde notre fils …

Mon enfant … je  te vois si peu mon grand… Voulant te protéger, je t’ai interdit l entrée de chez tes grand parents .. Garde papi dans ton coeur d enfant, quand il était encore souriant … « maman tu rentres quand ?  » Résonne encore dans ma tête … Quand ? 

J’ai envie d’hurler … Ce n est plus digne … Ce n’est plus humain … mon papa je t en prie , je t en supplie envole toi , la loi de ces hautes sphères dans leurs fauteuils de cuir ne t aidera pas … Je t en prie papa … 

Nous avons mis des bougies parfumées pour tenter de calmer cette odeur qui envahit maintenant la pièce , malgré les fenêtres ouvertes …. Cette odeur qui erre maintenant un peu partout dans la maison … J’ai appelé des services de soins palliatifs… dimanche .. lundi férié … « Veuillez rappeler mardi « … Mardi … me semble si loin … 

Nous ne pourrons pas dormir dans le canapé à tes côtés , nous qui voulions tant t accompagner dans ton dernier combat … l’odeur est trop forte à présent … Tu ne bouges pas dans ton lit .. Une respiration parfois … un supplice …. 

14 nuits … maman s est résignée à dormir à l étage … elle pourra se reposer … J’ai erré dans la maison tel un fantôme …Combien de temps encore faudra-t-il… Combien de râle de la mort faudra t il encore entendre, nous faisant trembler de tout notre être .. Combien de larmes faudra-t-il encore couler … Les questions qui se heurtent … inlassablement… sans réponse … 

L infirmier est passé … je connais ses gestes par cœur maintenant, son regard désolé qu’il posera sur maman et moi, les conseils de nous reposer … papa n’est plus transportable… le dernier espoir envolé … je ne pleure pas … tant de larmes ont coulé … 

Mon deuil a commencé … avant même de t enterrer .. Papa … Toi, qui nous a tant protégé..

De gémissements légers .. aux râles incessants… au silence profond … nous comptons les heures .. l’infirmier reviendra dans 4 heures inlassablement… 

Cette odeur … Je viens à tes côtés .. malgré le masque , les bougies parfumées, je suis obligé de mettre les mains sur mon nez tant cette odeur est dur à supporter… 1 ou 2 minutes … nous ne pouvons plus rester ces longs moments à te parler , à te tenir la main pour t aider à avancer , tant l’odeur nous empêche de respirer… Mon pauvre Papa .. 

Les heures passent .. l infirmier revient … médicament et injections … il n’ose plus nous parler … Ne sais plus quoi nous dire pour nous soulager .. Pauvre infirmier , que ton coeur est bien accroché … Pauvre infirmier, qui subit de plein fouet … sans réponses… Protégez vous, messieurs les infirmiers… 

Malgré l odeur non masquée, je m effondre Papa … A tes côtés , appuyée sur les barreaux de ton lit pour ne sombrer … sans masques sans rien …  tant pis, je serai à tes côtés .. plus rien ne compte a présent .. Pars Papa .. Tu en as le droit … Ne les défie pas papa .. Envole toi Papa … Tu en as le droit … Tu le mérite tant Papa … Soit plus fort que la loi Papa … 

Respirations courtes … apnées … le silence s’est posé … 30 secondes ou plus, je ne sais plus .. je pose les doigts sur ton cou … je sais où est ton poul pour l avoir tant regardé , tant touché … il bat … jusqu’à quand encore … 

Les larmes coulent … chaudes … mon coeur est brisé par tant d infamie non dissimulée… 

Maman pleure au téléphone… elle n’en peut plus … son cœur est meurtri , détruit … elle qui a vécu 54 années de mariage auprès de Papa … Ses larmes ne sont qu’un puit sans fond … Elle ne voit plus la fin de cette agonie … et si maman tombe … le coeur trop empli de trop larmes … si maman pars avant la fin … qui en sera responsable ? La loi ? Questions sans fin … la colère gronde dans mon coeur … 

21 nuits… Minuit .. 1 heures du matin , je craque … je ne supporte plus ces nuits et ces jours, mes jambes ne me tiennent plus … 8h du matin … j appelle les centre palliatifs… par pitié … faites le hospitaliser… je ne peux plus … maman est épuisée … nous sommes au bord du gouffre … en larmes .. épuisées … anéanties par cette agonie … les médecins comprennent notre détresse … 

L ambulancier fait le transfert … Papa ne bougera pas … pas un gémissement.. pas un râle … rien … pas un geste … rien … il est parti en centre de soins palliatifs… Maman pleure , je pleure , nous ne voulions pas cela … Nous voulions l accompagner …

Nous l embrassons avant son entrée dans l ambulance … je t aime soufflé à l oreille … je suis désolé papa … nous ne voulions pas cela .. 

Papa s éteindra au centre palliatif après  2 nuits : le 27 mai 2021

 

J écris ces mots jour après jour au chevet de son lit médicalisé, car nous sommes tous responsables, vous êtes tous responsables !

Vous députés , ministres, sénateurs , comité éthique et j en passe !

Vous êtes responsables ! N oubliez jamais que demain c est VOUS qui serez peut être ce cadavre qui attends la mort , que votre épouse , votre époux , vos enfants pleureront , supplieront que l on vous éteigne , que l’on arrête le supplice ! Est-ce les souvenirs que vous souhaitez laisser à vos enfants ? Demain ça sera peut être vous qui supplierez que l on arrête le souffle de vie de votre mari, de votre femme ! Demain , ça sera peut être VOUS qui supplierez que l on vous aide à mourir ! Nous allons TOUS mourir , ne l oubliez pas ! 

Vous êtes tous responsables ! La peur des tribunaux, la peurs des protocolaires .. La peur de regarder la mort en face , permet l’INFAMIE! 

La mort est devenue une atrocité sans nom ! Seule la loi compte mais seule cette loi peut aider! L humain a été oublié , balayé par des grattes papiers ! 

Je n oublierai jamais ces semaines d agonie , je n oublierai jamais le soutien de nos médecins, de nos infirmiers dévoués , je n oublierai jamais ce cauchemar , cette horreur inhumaine que , VOUS qui faites les Lois nous avez infligée … 

Papa … mon papa … 

Tu ne méritais pas cela … 

C’est ainsi que s’est éteint mon Papa . 

Séverine