Les odeurs des huiles fruitées qui glissent sur les corps, l’ambiance tamisée de ce salon de beauté… Colette, Cette masseuse aux doigts de fée, caresse, effleure les courbures des hanches des clientes, parfois épuisées.. Les corps… Son corps.. son obsession, ce corps qu’elle maltraite, la nuit, seule, emportée par sa souffrance… Ce corps qui lui rappelle qu’elle n’est plus cette petite fille innocente… Cette petite fille, fragile, qui jouait dans la ferme, où les caresses de sa mère n’étaient qu’une illusion passagère..

Chaque sourire dissimulé dans la honte de ce souvenir… Chaque pas, la plonge dans ce vide, dans ce torrent qui ronge son âme. Ce vide où un soir de jeune fille, emportée par l’amour, elle a jeté son corps dans cette souffrance glacée…

Prisonnière de cette amitié, elle se laisse devenir ombre… N’être que ce fantôme qui arpente les rues… Ce corps que personne ne remarque, ce corps qu’elle ne désire plus, ce corps trop gros pour elle, ce corps qui lui rappelle que ce soir là ….

Elle ne savait pas… Les secrets de famille embaument son esprit.. Elle n’existe plus, la nuit venant… Ayant pour seule obsession de combler son corps de plaisirs sucrées, salées à outrance… Laissant ensuite son âme vomir son emprise, cette souffrance et ses souvenirs…

Ce vide qui l’emprisonne, les souvenirs de la ferme, les sourires d’enfance de son amie, Iréne…

Et cette rencontre, lui, qu’elle ne connaissait pas, lui enfermé dans ce corps presque mort, qu’elle caresse, masse, enduit d’huiles aux odeurs épicées, pour soulager douleurs et peines, espérant un signe de vie … Ces massages qui le soignent, ces massages en guise de thérapie pour lui, en guise de psychologie pour elle … Elle crache sa vie, sa colère et sa souffrance… A cet homme, qui changera à jamais le cours de sa vie…

Des destins entremêlés, au fil fragile, aux secrets des familles, aux douleurs d’enfants, aux amitiés que l’on croyaient fortes, aux amies qui nous ont trahi, aux pardons impossibles, aux souvenirs de ce soir là ….

Le soir, sans sorcellerie, sans magie, le diable a pris sa vie, a touché son corps… Et a volé son ventre…

LE VENTRE DE VÉNUS

Séverine.

« Merci » , n’est pas un mot assez fort, mais je n’en trouve pas d’autres pour remercier l’Auteure Laure GOMBAULT de m’avoir permise de plonger dans la vie de Colette en parcourant LE VENTRE DE VENUS..

Plongez dans ce livre, plongez dans une vie, plongez dans les secrets de familles, mes amis ! A DÉCOUVRIR !!!

Merci Laure ! Et sa page Facebook !

Pour ceux qui souhaitent d’autres découvertes : photoslivres !

A bientôt !